3 juin 2012

Circonvenir le circonflexe

Dans l'article précédent, j'avais mentionné le fait que l'orthographe française pourrait mériter un toilettage, afin de la débarrasser des principales scories qui rendent son apprentissage difficile, sans pour autant perdre les bénéfices à la lecture d'une orthographe complexe. Sans me lancer dans une réforme générale de l'orthographe, qui de toute manière serait vouée à l'échec tant la transition serait rude, il est un point sur lequel je voudrais m'appesantir : l'accent circonflexe.

L'usage actuel : un fouillis sans nom.

Pour cette partie, je m'appuie beaucoup sur l'article de Wikipédia, qui brosse fort bien l'ensemble du tableau, sans en oublier les coins.

On peut distinguer quatre usages à ce diacritique, d'importance variable.

L'amuïssement d'une lettre.
Il s'agit là de l'usage le plus connu, qui consiste à garder graphiquement la trace d'une lettre qui ne se prononce plus depuis bien longtemps. C'est le plus souvent un -s- qui a disparu, comme dans « forêt », ou « arrêter ». Mais ce peut également être un -a- comme dans « âge », un -e- comme dans « sûr », ou encore un -x- dans « dîme ».
Cependant, malgré l'habitude de transcrire les anciens -eu- prononcés [y] par un -û- (comme dans « sûr »), l'accent a été supprimé dans tous les participes passé en -u comme « su » ou « plu ». Enfin, presque tous, voir plus loin. Et le participe passé de « avoir » s'écrit toujours « eu ».
Une autre exception notable est le maintien de la forme « il est » lorsque l'on attendrait « il *êt », en accord avec « être » et « vous êtes ».

Une différence de prononciation.
L'accent peut également signaler une prononciation particulière de la voyelle qu'elle porte. Par exemple, « pâte » n'est pas censé se prononcer comme « patte », même si cette distinction est en passe de disparaître en France métropolitaine. De même, en français standard, -ô- représente un [o] fermé comme dans « crapaud » : cette prononciation peut venir d'un -s- amuï, mais pas forcément, elle peut aussi venir d'un oméga grec. Enfin, le -ê- a une prononciation exactement équivalente à un -è-. De ce fait, l'accent circonflexe n'est en principe pas conservé dans les mots dérivés quand la prononciation change : on écrit « cône » avec un [o] fermé, mais « conique » avec un [ɔ] ouvert.
Il y a cependant des exceptions : « bêtise » est prononcé avec un [e] fermé, mais l'accent circonflexe est tout de même présent pour marquer la présence d'un ancien -s-.

Un diacritique à proprement parler.
Dans quelques cas, le circonflexe ne sert qu'à distinguer entre deux mots de prononciation exactement similaire mais de sens différent. On trouve par exemple le participe passé « dû » qui sert à le distinguer du déterminant « du ». Ou encore, la P3 de l'imparfait du subjonctif ne se distingue de la P3 du passé simple que par la présence d'un accent circonflexe, et ce pour tous les verbes.
On ne fait cependant pas la distinction entre « plu » venant de « pleuvoir » et « plu » venant de « plaire », alors même qu'elle serait tout à fait justifiée.
À noter également que le verbe « haïr » ne porte pas de circonflexe là où on l'attendrait dans d'autres verbes, à cause de la présence plus importante du tréma.

Une pure convention.
Dans certains cas, le circonflexe ne peut s'expliquer par aucune des origines précédemment citées. On écrit « suprême » pour donner plus de prestige au mot. La présence, justifiée par l'étymologie, d'un circonflexe à la P5 du passé simple a été étendue par analogie à la P4. Et quelques mots comme « traître » portent un circonflexe par analogie avec d'autres mots proches.

La réforme de 1990 a tenté de simplifier le fonctionnement ... sans grand succès. Si l'on suit cette réforme, le circonflexe n'est plus obligatoire sur -u- et sur -i-, sauf dans les terminaisons de passé simple et de subjonctif imparfait, et en cas d'homonymie. Ouf ! Autant dire que cela ne change pas grand chose ...

Comme on le voit, il est difficile de s'y retrouver, surtout en raison des exceptions. Comment simplifier la chose, alors ? Pour commencer, le circonflexe par pure convention n'a pas de raison d'être, et le plus simple est encore de le supprimer. On pourrait dès lors écrire <nous chantames l'éloge du héros suprème qui sut déjouer les plans du traitre> et la lecture n'en serait pas plus difficile. Ni plus simple d'ailleurs. En revanche, cela ferait quelques points de détail en moins à apprendre.
Ensuite, l'idéal serait de restreindre le circonflexe à un seul de ses usages actuels, et alors d'en régulariser l'usage en éliminant autant que possible les exceptions.

Le circonflexe phonétique.

C'est à mon sens la plus mauvaise des solutions.
J'ai déjà dit dans l'article précédent qu'une orthographe se doit, à mon sens, de pouvoir retranscrire les différentes variantes phonétiques de la langue. Or, donner au circonflexe une valeur purement phonétique, ou tout simplement conserver la valeur phonétique du circonflexe, va à l'encontre de cette idée.
L'orthographe française conserve des graphèmes multiples pour des phonèmes exactement semblables sur tout le territoire, comme -eau- et -aud, ainsi que des graphèmes semblables pour des prononciations différentes, comme -en- qui se prononce généralement comme -an-, par exemple dans « prendre », mais se prononce comme -in-, dans « référendum » ou dans nombre de toponymes (« Rabastens ») ou d'anthroponymes (« Janssens »). Alors pourquoi conserver une distinction graphique entre deux variantes de -a-, lorsque la dite variante a presque disparu du français de France ? Pourquoi noter graphiquement la distinction entre [o] fermé et [ɔ] ouvert, lorsque ces deux phonèmes sont des allophones sur la moitié du territoire ?
Sur cette question, je prendrai l'exemple de la norme classique de l'occitan. Créée par Louis Alibert dans les années 1930, c'est une orthographe qui a pour but de transcrire l'occitan de telle sorte qu'un même mot soit écrit de la même façon sur tout le territoire, quelle que soit la prononciation exacte dans la variante locale. Ainsi, on écrira « porta », que l'on soit à Toulouse où l'on prononce « pourto », à Toulon où l'on prononce « pouorto », à Nice où l'on prononce « pouorta », à Sète où l'on prononce « pourta » ou à Pau, où l'on prononce « pourte ». Cette norme a fait ses preuves, puisqu'elle a réussi à s'imposer sur le plus gros du territoire occitan, même en Béarn où la graphie fébusienne, plus proche de la prononciation réelle, était fortement ancrée.
C'est pourquoi je suis d'avis d'appliquer, au moins en partie, le même principe au français. Écrivons <trone>, et laissons chacun libre de le prononcer [tRon] ou [tRɔn] ou encore [tRɔnə]. De même, écrivons <ame>, qui est plus proche de la prononciation de la plupart des Français, et n'empêchera pas ceux qui prononcent [ɒm] de continuer à le faire. Le problème qui émerge est celui du -e- : il sert à transcrire à la fois -é- et -è-, qui peuvent être des allophones, mais aussi le -e- dit muet — qui se prononce dans certaines variantes — et le son habituellement transcrit par -eu-, comme dans « je ». La solution est peut-être d'utiliser la notation -é- pour transcrire les sons actuellement notés par -é-, -è- et -ê- et la notation -e- pour transcrire le -e- muet et celui de « je ». On écrirait alors <féte>, que l'on prononce [fɛt] comme dans le Nord, [fɛtə] comme dans le Sud, ou [fet] comme en Corse.

Le circonflexe étymologique.

Conserver une graphie archaïsante, uniquement pour garder une trace du passé, ce serait stupide. Il faut que cela se justifie autrement, par exemple pour conserver un lien graphique entre mots d'une même famille, ce qui facilite la lecture (cf. l'article précédent). C'est ce qui justifierait de conserver l'orthographe « arrêt », pour maintenir le lien avec « arrestation ». Il faudrait cependant régulariser cet usage, qui est actuellement trop pollué par de multiples exceptions. Comment faire ?

Le circonflexe grec.
Il s'agit de celui que portent nombre de mots qui viennent d'un ancien oméga, par exemple « cône » ou « diplôme ». Il faudrait alors le rétablir dans tous les mots qui ont cette origine, mais où il n'est pourtant pas présent, par exemple « axiome » devrait alors s'écrire <axiôme>. Il faudrait également le rétablir dans les mots dérivés, comme « conique », qui deviendrait <cônique>.
Cela ne me paraît cependant pas nécessaire, ni judicieux. Il est plus simple de faire disparaître le circonflexe là où il existe : le lien graphique avec les mots de la même famille serait alors rétabli, et les mots comme « axiome » redeviendraient normaux. De plus, un changement dans ce sens affecterait moins de mots.

Une lettre disparue.
Dans le cas du circonflexe qui garde le souvenir d'une lettre disparue, il s'agit de trouver la limite à ne pas dépasser dans l'étymologie. Faut-il écrire <aimêe>, pour rappeler le -t- disparu de « amata » en latin ? Cela paraît évidemment excessif. Aussi cette notation devrait être réservée aux mots dont tout ou partie du reste de la famille lexicale a conservé la lettre disparue. Par exemple, on conserverait « forêt » pour faire le lien avec « forestier », ou encore « bâtir » pour faire le lien avec « bastide ». En revanche, il n'y a aucune raison de conserver l'accent circonflexe de « bête », puisque toute la famille utilise le même radical : « bêtise », « bêtisier », « bêtement », etc. On ne perdrait en rien le lien étymologique avec les autres mots de la famille en écrivant <béte>, <bétise>, <bétisier>, et <bétement>. Il en va de même pour « côte » et ses dérivés (ce qui permettrait d'ailleurs de régulariser l'orthographe de « coteau »), pour « dîme », ou pour « même ». De même, il ne serait pas nécessaire de conserver le circonflexe de la P5 du passé simple, puisqu'elle n'a aucun dérivé, ni le circonflexe du verbe « être », puisque ses dérivés sont écrits comme dans « étant ».
Quelques mots sont un peu plus difficiles. Faut-il conserver l'accent sur « île » pour conserver le lien avec « insulaire », alors même qu'aucun autre mot de la famille n'a conservé le -s- ? Ou bien faut-il considérer que « insul- » est un radical aussi différent de « îl- » que « hépat- » l'est de « foie » ? Je pencherais plutôt pour la seconde solution.
Par ailleurs, il faudrait l'introduire dans d'autres mots, comme « édit » pour maintenir le lien avec « édicter », sauf à considérer que le circonflexe marque exclusivement la présence d'un ancien -s-. Mais dans ce cas, il serait plus judicieux de ré-introduire le -s-, qui ne serait alors qu'une lettre muette parmi tant d'autres.

Le circonflexe diacritique.

C'est surement là que l'accent circonflexe est le plus directement utile : permettre de différencier au premier coup d'œil deux homonymes. Mais il faudrait alors en régulariser l'usage.
Ainsi, il faudrait écrire d'un côté <plu> et de l'autre <plû> pour distinguer les participes passés de « pleuvoir » et de « plaire ». Mais dans le même temps, il faudrait corriger certaines orthographes aberrantes : ainsi, « il est » devrait devenir <il êt>, dans le but de maintenir la distinction avec la conjonction « et ». Il faudrait aussi corriger le participe passé « eu », dont la graphie archaïsante ne se justifie pas par un lien avec le reste de la conjugaison de « avoir », en <û>, de manière à le distinguer de la simple lettre « u ». Encore que son usage extrêmement courant pourrait suffire à faire la distinction : c'est déjà le cas du pronom « y ».
Comment choisir quel mot devra porter l'accent ? Je crains qu'il ne soit pas possible d'édicter une règle générale. Il est en effet tentant de décréter que le mot le moins courant portera le diacritique. Mais s'il apparaît clairement que la préposition « sur » est plus courante que l'adjectif « sûr », en revanche c'est l'adjectif féminin « sûre » qui est plus courant que l'adjectif féminin « sure » : ce qui impliquerait, pour être parfaitement rigoureux, qu'un même adjectif change d'orthographe selon son genre et son nombre, ce qui n'est pas souhaitable.
Par ailleurs, se pose la question de savoir s'il faut étendre la présence d'un tel circonflexe à tous ses dérivés. Il n'y a pour l'instant pas d'usage fixé : on écrit « mûrir » mais « dues ». Cela pourrait être parfois assez lourd : si l'adjectif « pâle » se doit d'être distingué du substantif « pale », il paraît en revanche assez fastidieux d'étendre le circonflexe à « pâlir », « pâlotte », « pâlichon », etc. qui ne risquent pas d'être confondus avec un homonyme. Cela ne se justifie que pour « pâli », qu'il faut distinguer de la langue « palie » et pour « pâlot », qu'il faut distinguer du « palot » que l'on roule. On peut alors décider qu'un accent circonflexe se transmet à tout le paradigme, si et seulement si le mot de base porte un circonflexe discriminant. Par exemple, on écrira <dû> pour le différencier de <du>, mais également <dûe(s)> et <dûs> pour maintenir la cohérence au sein du paradigme, mais <dument>. De même, on écrira <âge> pour distinguer de <age>, mais on écrira <agé> : ou mieux, c'est l'instrument aratoire qui s'écrira <âge>, puisque « âge » est beaucoup plus courant, et possède des dérivés. En revanche, on conservera la distinction entre « dites » le présent et « dîtes » le passé simple, sans étendre le circonflexe au reste du paradigme. Idem pour la distinction passé simple / subjonctif imparfait.
Il reste un problème dans le cas où trois mots différents s'écrivent pareil : par exemple « jeune » l'adjectif, « jeûne » le substantif, et « il jeûne » ou « il jeune », ou « sur » la préposition, « sur » l'adjectif et « sûr ». Je n'ai pas trouvé de solution satisfaisante. De même pour les formes de « haïr » qui attendraient un circonflexe.

En guise de conclusion.

S'il ne fallait conserver qu'une seule des propositions ci-dessus, je choisirais la troisième. Mais la deuxième peut avoir son intérêt aussi.
Alors se pose la question de comment les combiner. Il faudrait leur donner un symbole différent à chacune. Pour le circonflexe étymologique, on pourrait utiliser à la place un tilde : c'est un symbole qui n'est plus utilisé de nos jours que dans des mots étrangers, mais qui autrefois servait à marquer l'omission graphique de tout ou partie du mot. Pour le circonflexe diacritique, on pourrait utiliser plutôt un accent grave : c'est déjà ce symbole qui sert à distinguer « a » de « à », « la » de « là » et « ça » de « çà ».

Il reste un dernier accent circonflexe dont il n'a pas été question, c'est celui de « piqûre » : il sert à signaler la présence ancienne du digraphe -eu- prononcé [y], mais surtout à marquer le fait que le -u- ne fait pas partie du digraphe -qu- mais doit se prononcer à part. Et dans un tel cas, c'est un tréma qu'il faut normalement utiliser. Ce qui donnerait <piqüre>, ce qui n'est pas gênant.

Pour terminer, voici ce que donnerait un texte écrit en suivant les préceptes indiqués ci-dessus.

Wikipédia èt un projet d’encyclopédie collective établie sur Internet, universelle, multilingue et fonctionnant sur le principe du wiki. Wikipédia a pour objectif d’offrir un contenu librement réutilisable, objectif et vérifiable, que chacun peut modifier et améliorer.
Le cadre du projet èt défini par des principes fondateurs. Son contenu est sous licence Creative Commons by-sa et peut étre copié et réutilisé sous la méme licence — méme à des fins commerciales — sous réserve d'en respecter les conditions.
Actuellement, Wikipédia en français compte plus de deux mille articles distingués comme « articles de qualité » ou comme « bons articles ».
Chacun peut publier immédiatement du contenu en ligne, à condition de respecter les régles essentielles établies par la communauté ; par exemple, la vérifiabilité du contenu ou l’admissibilité des articles.
De nombreuses pages d’aide sont à votre disposition, notamment pour créer un article, modifier un article ou insérer une image. N’hésitez pas à poser une question.
Au total, 1 276 477 comptes d'utilisateur ont été créés sur Wikipédia, et, parmi eux, 16 873 ont été actifs durant le dernier mois. Tous les rédacteurs des articles de Wikipédia sont bénévoles ; ils constituent une communauté collaborative, sans dirigeant, où les membres coordonnent leurs efforts au sein des projets thématiques et de divers espaces de discussion.
Les débats et remarques sur les articles sont bienvenus. Les pages de discussion servent à centraliser les réflexions et les évaluations permettant d’améliorer les articles.

Comme vous pouvez le constater, la différence n'est pas flagrante avec l'orthographe actuelle : la transition ne serait pas difficile. Il est à noter que « sous » et « été » n'ont pas d'accent grave car ils sont bien plus courants que <soùs> le pluriel de « sou » et que <èté> la saison.

4 commentaires:

  1. Toujours aussi instructif. Merci de contribuer à ma culture personnelle.
    Surtout pour un Grammar ^^

    RépondreSupprimer
  2. Ben écoute, si ma proposition de réforme te plaît, il ne tient qu'à toi d'user et abuser de ton statut de GN pour en diffuser l'idée. Et si un jour on est assez nombreux à aimer, on pourra envoyer soumettre l'idée à l'Académie. :P

    RépondreSupprimer
  3. Demain, la conquête de l'Académie...
    Après-demain, celle du MONDE !

    RépondreSupprimer

Les commentaires pourront être supprimés sans préavis, au motif qu'ils contiennent des insultes envers Maman Carnufex, qu'ils sont écrits en texto, ou encore que vous êtes un FUCKING SPAMBOT !!§! La liste n'est bien sûr pas exhaustive ...